Inscrivez-vous à notre lettre d'informations (2 à 3 messages max par mois)


Le bois de Laurensart


 Le bois de Laurensart abrite une hêtraie acidophile à sous-bois d’Ilex ainsi qu'une chênaie mélangée d'humus doux à Allium ursinum. L'on peut y entendre le martèlement du Pic épeiche (Dendrocopos major), de l'épeichette (Dendrocopos minor), du Pic noir (Dryocopus martins) ainsi que les Pies vert (Picus viridis) et mar (Dendrocopos medius). On y rencontre également de petits carnassiers tels la Belette et le Renard roux.


L’inventaire botanique réalisé par Gisèle Weyembergh ([1]) (août et septembre 2014 ; avril 2015) le long des 5,5 km d’une promenade sur une partie du tracé du CNW, recense 215 espèces de plantes vasculaires. Parmi celles-ci 52 espèces sont des indicatrices de forêts anciennes (score élevé pour notre région !). Cette proportion importante d’espèces liées aux forêts anciennes indique la valeur patrimoniale et le rôle de refuge biologique de la forêt et de ses lisières constituant le réseau écologique brabançon.



[1] Weyembergh, G. 2015 Sur le tracé du «contournement nord de Wavre». Adoxa, 83/84 :43-55

   Weyembergh, G. 2016 Addendum pour la flore du maillage écologique brabançon. Sur le tracé du contournement nord de Wavre et liste globale de l’Atlas (Complément à Adoxa n°83/84). Adoxa 88/89 :10-12.