Inscrivez-vous à notre lettre d'informations (2 à 3 messages max par mois)


Une solution pour dix ans seulement !  


  • La logique des chaînons manquants est infinie !

Lors de sa conférence donnée à Wavre en septembre 2007, Pierre Courbe d’Inter-Environnement nous a bien expliqué qu’il y a toujours moyen de créer un chemin plus court pour relier deux routes déjà existantes. Mais, c’est une logique infinie ! Chaque nouvelle route entraîne de nouveaux chaînons manquants et le quadrillage devient toujours plus dense.

 

  • Contourner une ville est une fausse bonne idée, périmée !

Cette idée qui nous fait miroiter une circulation rapide et efficace externe et un apaisement des centres des villes va à l’encontre du développement effectif des villes. Si Wavre avait effectivement une vocation piétonnière, peut-être ce CNW serait-il intéressant ! Mais, ce n’est pas du tout ce qui est programmé par les promoteurs de cette route. La ville de Wavre, comme bien d’autres, s’est développée autour d’axes routiers qui permettent d’y circuler de part en part, sur les axes rapides comme sur les petits chemins. Ainsi, si l’on crée une route rapide en plus de toutes celles qui existent déjà, cette nouvelle route ne remplacera pas les autres plus petites. Elle ne permettra pas d’inverser le trafic ; elle ne fera, au contraire, que l’accentuer !


  • Chaque nouvelle route appelle de nouvelles voitures !

Créer une nouvelle route, c’est lancer le signal qu’il y a encore de la place pour circuler ! Les voitures sont comme l’eau qui coule ; elles cherchent le chemin le plus court et tant que l’on ne ferme pas le robinet, elles s’engouffrent dans toutes les directions, sans aucun sens civique ou conscience de déranger ! Ainsi, les conducteurs n’emprunteront le CNW que si les accès plus rapides ou plus courts sont saturés. C’est pourquoi, il ne faut pas attendre de sa construction un soulagement pour les riverains de ces routes secondaires. L’étude d’incidence parle, en effet, de 20% de trafic en moins, seulement, sur quelques rues fort gênées par la circulation liée au zoning (rue du Tilleul, RN 4, avenue de Chermont). Ces 20% seront à peine perceptibles pour les riverains : Qu’est-ce que 2 voitures s’il en passe encore 8, à toute allure, dans ces petites rues encombrées, le matin et le soir ?

 

  • Victime de sa logique, le CNW, sera lui-même saturé dans 10 ans !

L’étude d’incidence reconnaît elle-même que le CNW sera déjà saturé vers 2030 et qu’il faudra alors élargir ses deux bandes à trois ou quatre. Le petit soulagement, qu’il avait quand même réussi à procurer aux riverains ne sera que de très courte durée…  


 

Nous préconisons dès maintenant des solutions DURABLES et RESPECTEUSES DE L’ENVIRONNEMENT.